Cliquez sur les expressions précédées du signe + pour les développer.

Recherche externe : moteur de PicoSearch
Recherche interne : moteur de FreeFind
 ??   

RETIARIVS - Tite-Live, XXX, 12-17 : Préambule personnel

Scipion gouverne la Sicile en 205; il continue à s'y intéresser aux affaires numides : Laelius, envoyé avec la flotte sur les côtes africaines, rencontre Massinissa près d'Hippo Regius. Carthage avait d'abord "joué" Gaia, roi des Massyles (Numides de l'est) contre Syphax, roi des Masæsyles (Numides de l'ouest); un des fils de Gaia, Massinissa, avait combattu contre Rome en Espagne de 212 à 206, et les habitués du bon vieux "Scodel 2nde" se souviennent de la version ("Cum Afros uenderet iussu imperatoris quaestor, puerum adultum inter eos forma insigni cum audisset regii generis esse, ad Scipionem misit. Etc." XXVII, 19) qui rapporte l'adresse avec laquelle Scipion avait su, en renvoyant Massiva à Massinissa, se ménager déjà la reconnaissance de celui-ci. Mais à la mort de Gaia, les héritiers se déchirèrent, et Syphax en profita pour annexer le pays; Carthage s'allia avec lui, il épousa Sophonisbe, fille d'Hasdrubal Giscon. Massinissa avait "pris le maquis".

En 204, Scipion, après avoir péniblement obtenu la province d'Afrique, débarque près d'Utique — ce n'était pas son but, le mauvais temps l'y avait contraint. Carthage gagne du temps, Syphax obtient un armistice à l'issue duquel, au printemps 203, Scipion incendie les camps d'Hasdrubal et Syphax. Puis il vainc la nouvelle armée levée par Carthage et confie à Laelius et Massinissa une troupe pour poursuivre Syphax, et on en est là au début du passage qui nous intéresse...

Il faut garder à l'esprit qu'à partir de 203, on intrigue à Rome pour faire ôter son commandement à Publius Cornelius Scipio. Ce dernier se caractérise par sa jeunesse (élu pour commander en Espagne, il reçoit le pouvoir proconsulaire à 24 ans, après n'avoir été qu'édile curule), ses brillants succès (de 210 à 206, il conquiert toute l'Espagne), et sa piété plutôt mystique que ritualiste. Polybe considère que cette piété relève du carriérisme, mais on n'est pas obligé de le croire, vu les jalousies que suscitait Scipion.


Pour connaître Tite-Live, le mieux est de consulter la page qui lui est consacrée dans l'Encyclopédie de l'Agora (site québecois d'excellente facture); sur le personnage de Scipion et son "imitatio Alexandri", ce lien vous renvoie vers une page fort judicieuse mais sans balise : faites une recherche interne de "Scipion" (ctrl+F sous Windows).


Pour finir, voici le texte de la "periocha" du livre XXX :
"Scipio in Africa Carthaginienses et eumdem Syphacem, Numidiae regem, Hasdrubalemque pluribus proeliis vicit adjuvante Masinissa, bina hostium castra expugnavit, in quibus XL milia hominum ferro ignique consumpta sunt. Syphacem per C. Laelium et Masinissam cepit. Masinissa Sophonibam, uxorem Syphacis, filiam Hasdrubalis, captam statim adamavit et nuptiis factis uxorem habuit; castigatus a Scipione venenum ei misit, quo illa hausto decessit. Effectumque multis Scipionis victoriis ut Carthaginienses in desperationem acti in auxilium publicae salutis Hannibalem evocarent. Isque anno XVI Italia decedens in Africam trajecit temptavitque per conloquium pacem cum Scipione componere, et cum de condicionibus pacis non conuenisset, acie victus est. Pax Carthaginiensibus petentibus data est. Hannibal Gisgonem pacem dissuadentem manu sua detraxit, excusata deinde temeritate facti ipse pacem suasit. Masinissae regnum restitutum est. Reuersus in urbem Scipio amplissimum nobilissimumque egit triumphum, quem Q. Terentius Culleo senator pilleatus secutus est. Scipio Africanus incertum militari prius fauore am populari aura ita cognominatus sit. Primus certe hic imperator victae nomine a se gentis nobilitatus est. Magno bello quo in agro Insubrum cum Romanis conflixerat vulneratus, dum in Africam per legatos revocatis revertitur, ex vulnere mortuus est."

Ecrire
Logo compteur