Cliquez sur les expressions précédées du signe + pour les développer.

Recherche externe : moteur de PicoSearch
Recherche interne : moteur de FreeFind
 ??   

RETIARIVS - Tite-Live, XXX, 13 (1)

XXX, 13 (1)
En tant que collaborateur du site "Weblettres", je ne peux que vous recommander d'aller voir les pages qui y traitent le même passage selon une autre démarche, sûrement plus immédiatement efficace pour un élève. En voici le menu.
RETOUR
Weblettres
M.-A. Bernolle a adapté le travail de Weblettres à une séquence en classe de Première; chaque séance est détaillée, et mise en rapport avec les pages correspondantes de Weblettres.
Pour l'histoire de Sophonisbe (XXX, 12-15), le site du Gelahn propose la traduction de Pierre du Ryer (1659) et le vocabulaire essentiel de ces mêmes chapitres, dans l'ordre du texte.
Après les historiens antiques Diodore et Dion Cassius, Chateaubriand relate cet épisode, ainsi que Michelet.
Sophonisbe connaît une postérité dans la tragédie, l'imaginaire romantique, les beaux-arts et même la psychiatrie.
Traduction intégrale sur le site WEBLETTRES fermer
A la nouvelle qu'on amenait Syphax au camp, les soldats sortirent tous en foule, comme s'ils allaient assister à une pompe triomphale. C'était lui qui marchait en tête, chargé de fers ; il était suivi de la troupe des nobles numides. Alors ce fut à celui qui grandirait le plus la puissance de Syphax et la renommée de son peuple, pour relever l'importance de la victoire : "c'était là le roi dont la majesté avait paru si imposante aux deux peuples les plus puissants du monde, aux Romains et aux Carthaginois, que le général romain Scipion avait quitté sa province d'Espagne et son armée pour aller solliciter son amitié, et s'était transporté en Afrique avec deux quinquérèmes, tandis qu'Hasdrubal, général des Carthaginois, ne s'était pas contenté d'aller le trouver dans ses états, et lui avait donné sa fille en mariage : il avait eu à la fois en son pouvoir les deux généraux, celui de Carthage et celui de Rome. Si les deux partis avaient, en immolant des victimes, cherché à obtenir la protection des dieux immortels, tous deux avaient également cherché à obtenir l'amitié de Syphax. Telle avait été sa puissance, que Masinissa, chassé de son royaume, s'était vu réduit à semer le bruit de sa mort et à se cacher pour sauver ses jours, vivant, comme les bêtes, dans les profondeurs des bois, du fruit de ses rapines."
Ce fut au milieu de ces pompeux éloges de la foule que le roi fut amené au prétoire devant Scipion. Ce ne fut pas non plus sans émotion que Scipion compara la fortune, naguère brillante, de ce prince à la fortune présente, et qu'il se rappela son hospitalité, la foi qu'ils s'étaient donnée, l'alliance publique et privée qui les avait unis. Les mêmes souvenirs donnèrent du courage à Syphax pour adresser la parole à son vainqueur. Scipion lui demandait quels motifs l'avaient déterminé à repousser l'alliance de Rome et même à lui déclarer la guerre sans avoir été provoqué. Syphax avouait qu'il avait fait une faute et commis un acte de démence, mais que ce n'avait pas été en prenant les armes contre Rome ; c'était là le terme et non le début de sa folie. Son égarement, son oubli de toutes les lois de l'hospitalité, de tous les traités d'alliance, avaient commencé le jour où il avait introduit dans son palais une femme de Carthage. Le flambeau de cet hymen avait embrasé sa cour ; c'était là cette furie, ce démon fatal, dont les charmes avaient séduit son coeur et perverti sa raison ; cette femme n'avait eu de repos que lorsqu'elle avait mis elle-même entre les mains de son époux des armes criminelles pour attaquer un hôte et un ami. Dans sa détresse, dans cet abîme de malheur où il était plongé, il avait au moins la consolation de voir son plus cruel ennemi introduire au sein de sa demeure et de ses pénates ce même démon, cette même furie. Masinissa ne serait pas plus sage ni plus fidèle que Syphax ; sa jeunesse le rendait même plus imprudent. Il y avait, à coup sûr, plus d'irréflexion et de folie dans la manière dont il avait épousé Sophonisbe.

Les options pour chaque terme vont apparaître ici

Lemmatiser par "Collatinus" le texte sélectionné.
(Le service est disponible directement à : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/collatinus.php - adaptation pour Internet du logiciel collatinus d'Y. Ouvrard : http://www.collatinus.org/collatinus/ - Licence et documentation).
Sur le même espace de l'UCL :
- Lexique de Gérard Jeanneau par moteur de recherche : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/jeanneau.php
- Utilisation combinée des 2 outils : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/index_cj.php
- Accueil d'ensemble : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/

Ecrire
Logo compteur