Cliquez sur les expressions précédées du signe + pour les développer.

Recherche externe : moteur de PicoSearch
Recherche interne : moteur de FreeFind
 ??   

RETIARIVS - Sujet blanc sur Tite-Live (2002/2003)

TITE LIVE, Ab urbe condita, XXX, chapitre 15.
(Elaboré et testé dans les conditions de l'examen par une collègue, J. Le Bretton-Labrousse, lycée V. Hugo, Besançon;
vous pouvez faire ce que vous voulez de cet énoncé
tant que l'on reste dans le cadre d'une utilisation pédagogique sans but lucratif.)

XV. Masinissae haec audienti non rubor solum suffusus, sed lacrimae etiam obortae ; et cum se quidem potestate futurum imperatoris dixisset, orassetque eum ut, quantum res sineret, fidei suae temere obstrictae consuleret 2. - promisisse enim se in nuIlius potestatem traditurum -, e praetorio in tabernaculum confusus concessit. 3. Ibi, arbitris remotis, cum crebro suspiritu et gemitu, quod facile a circumstantibus tabernaculum exaudiri posset, aIiquantum temporis consumpsisset, 4. ingenti ad postremum edito gemitu, fidum e seruis uocat, sub cuius custodia, regio more, ad incerta fortunae uenenum erat, et mixtum in poculo ferre ad Sophonisbam iubet, 5. ac simul nuntiare Masinissam libenter primam ei fidem praestaturum fuisse, quam uir uxori debuerit ; quoniam eius arbitrium qui possint adimant, secundam fidem praestare, ne uiua in potestatem Romanorum ueniat. 6. Memor patris imperatoris patriaeque, et duorum regum quibus nupta fuisset, sibi ipsa consuleret.
Hunc nuntium ac simul uenenum ferens minister cum ad Sophonisbam uenisset : 7; "Accipio", inquit, "nuptiale munus, neque ingratum, si nihil maius uir uxori praestare potuit; hoc tamen nuntia melius me morituram fuisse, si non in funere meo nupsissem !" 8. Non locuta est ferocius quam acceptum poculum, nullo trepidationis signo dato, impauide hausit.
9. Quod ubi nuntiatum est Scipioni, ne quid aeger animi ferox iuuenis grauius consuleret, accitum eum extemplo nunc solatur, 10. nunc, quod temeritatem temeritate alia luerit, tristioremque rem quam necesse fuerit fecerit, leniter castigat ; 11. postero die, ut a praesenti motu auerteret animum eius, in tribunal escendit et contionem aduocari iussit. Ibi Masinissam, primum regem appellatum eximiisque ornatum laudibus, aurea corona, aurea patera, sella curuli et scipione eburneo, toga picta et palmata tunica donat; 12. addit uerbis honorem : neque magnificentius quicquam triumpho apud Romanos, neque triumphantibus ampliorem eo ornatum esse, quo unum omnium externorum dignum Masinissam populus Romanus ducat. 13. Laelium deinde et ipsum collaudatum aurea corona donat. Et alii militares uiri, prout a quoque nauata opera erat, donati. 14. His honoribus mollitus regis animus, erectusque in spem propinquam, sublato Syphace, omnis Numidiae potiundae.
XV.1 Masinissa, en écoutant ce discours, sentait la rougeur lui monter au front, et même les larmes s'échapper de ses yeux : "il se mettait, dit-il, à la discrétion du général ; il le priait d'avoir égard, autant que le permettait la circonstance, à l'engagement téméraire qu'il avait contracté, lui, Masinissa, 2. en promettant à la captive de ne la livrer à qui que ce fût" ; et, sortant du prétoire, il se retira tout confus dans sa tente. 3. Là, sans témoin, il poussa pendant quelques temps des soupirs et des gémissements qu'il était facile d'entendre en dehors de sa tente ; 4. enfin un dernier sanglot lui échappant comme un cri de douleur, il appela son esclave affidé, chargé de la garde du poison que les rois barbares ont l'usage de se réserver en cas de malheur, et lui ordonna d'en préparer une coupe, de la porter à Sophonisbe 5. et de lui dire que Masinissa aurait voulu remplir ses premiers engagements, comme une femme a droit de l'attendre d'un époux. Mais dépouillé par une autorité supérieure du droit de disposer de son sort, il lui tenait sa seconde parole et lui épargnait le malheur de tomber vivante au pouvoir des Romains. 6. Elle saurait, en pensant au général son père, à sa patrie, aux deux rois qu'elle avait épousés, prendre une noble résolution.
Sophonisbe écouta ce message et prit le poison des mains de l'esclave : 7. "J'accepte, dit-elle, ce présent de noces; et je l'accepte avec reconnaissance, si c'est là tout ce que mon époux peut faire pour sa femme. Dis-lui pourtant que la mort m'eût été plus douce, si le jour de mon hymen n'eût pas été le jour de mes funérailles." 8. La fierté de ce langage de fut pas démentie par la fermeté avec laquelle elle prit la coupe fatale et la vida sans donner aucun signe d'effroi.
9. Quand Scipion l'apprit, il craignit que le jeune et fier Masinissa, égaré par son désespoir, ne se portât à quelque résolution violente ; 10.il le fit venir sur-le-champ et le consola ; mais en même temps il lui reprocha avec douceur d'avoir réparé une imprudence par une autre imprudence et donné à cette affaire un dénouement tragique que rien ne nécessitait. 11. Le lendemain, pour distraire l'âme du prince des émotions qui le préoccupaient, il monta sur son tribunal et fit convoquer l'assemblée. Là, il donna pour la première fois à Masinissa le nom de roi, le combla d'éloges, et lui fit présent d'une couronne et d'une coupe d'or, d'une chaise curule, d'un bâton d'ivoire, d'une toge brodée et d'une tunique à palmes. 12. Pour rehausser l'éclat de ces dons, il ajouta que les Romains n'avaient point d'honneur plus grand que le triomphe, ni les triomphateurs d'ornements plus beaux que ceux dont Masinissa seul parmi les étrangers avait été jugé digne par le peuple romain. 13.Il paya ensuite un tribut d'éloges à Lélius et lui donna aussi une couronne d'or ; il récompensa enfin d'autres officiers, chacun selon son mérite. 14. Ces honneurs calmèrent l'irritation du roi et firent naître dans son coeur l'espoir prochain de s'élever sur les ruines de Syphax et de commander à toute la Numidie.
Traduction par M. Nisard, 1839

QUESTIONS : (50 points; chacune vaut 10 points)
  1. Expliquez l'emploi grammatical des deux infinitifs du § 2.
  2. Comment Tite-Live met-il en scène le désespoir de Masinissa (§1 à 4) ?
  3. Expliquez les différentes allusions que contient le § 6.
  4. Quelles qualités Tite-Live accorde-t-il à Sophonisbe au moment de mourir ? Justifiez votre réponse.
  5. Dans les § 9 à 14, comment Tite-Live désire-t-il que soit perçu le comportement de Scipion face à Masinissa ?
VERSION : (50 points)

Ce passage se situe à la fin du récit de la deuxième guerre punique par Tite-Live, juste avant la bataille décisive de Zama.

In castra ut est uentum, pronuntiant ambo1 arma expedirent2 milites animosque ad supremum certamen, non in unum diem sed in perpetuum, si felicitas adesset, uictores. Roma an3 Carthago iura gentibus daret ante crastinam noctem scituros4; neque enim Africam aut Italiam sed orbem terrarum uictoriae praemium fore; [...] et Carthagini, supremo auxilio effuso, adesse uidebatur praesens excidium.

Tite-Live XXX, 32 (partim)

Notes :
1 Les deux généraux : Scipion et Hannibal, qui reviennent dans leurs camps respectifs.
2 L'ordre s'exprime au subjonctif sans conjonction.
3 An : " si... ou bien" introduit une proposition interrogative indirecte.
4 De scio, is, ire, scivi, scitum : savoir
Ecrire
Logo compteur