Cliquez sur les expressions précédées du signe + pour les développer.

Recherche externe : moteur de PicoSearch
Recherche interne : moteur de FreeFind
 ??   

RETIARIVS - Aulu-Gelle


NOCTIVM ATTICARVM - I, 21
…………………………………………Et ora
Tristia temptantum sensus torquebit amaror.

LIVRE I, CHAP 21
On lit ordinairement ainsi ces deux vers des Géorgiques de Virgile :
At sapor indiciuin fauiet manifestas, et ora
Tristia tentantum sensu torquebit amaro.
La saveur de cette eau vous fera connaître, la qualité de la terre; si vous la goûtez, elle vous laissera une amertume désagréable.
Mais Hygin, grammairien d'un grand mérite, affirme et soutient, dans ses commentaires sur Virgile, que tel n'est pas le texte du poète, et qu'il a lu lui-même, dans un exemplaire qui avait appartenu à la famille de Virgile, ces vers écrits ainsi :
……………………………Et ora
Tristia tentantum sensu torquebit amaror.
Hygin n'est pas le seul qui admette cette leçon; elle a été reçue aussi par plusieurs savants. En effet, il paraît absurde de dire sapor sensu amaro torquet; car, dit-on, puisque la saveur, sapor, est une sensation, sensus, et qu'on ne peut mettre dans la saveur d'autre sensation qu'elle-même, c'est comme si on disait : sensus sensu amaro torquet, une sensation vous révolte par une sensation amère. Je lisais un jour avec Favorinus ce commentaire d'Hygin; choqué de la dureté et de la nouveauté de la tournure, sensu torquebit amaro, notre philosophe se mit à rire : "Je suis prêt, dit-il, à jurer par Jupiter Lapis, ce qui est le plus sacré de tous les serments, que jamais Virgile n'a écrit amaro. Je partage Jovem lapidem [...].Cette espèce de serment rappelle l'ancienne manière de contracter. Sextus Pompilius rapporte qu'alors les contractants, prêts à jurer sur les autels de Jupiter, tenaient chacun à la main une pierre en disant : "Si, le sachant, je trompe, que Jupiter, en conservant la ville et le Capitole, me jette hors de mes possessions, comme je jette cette pierre."
Les Romains juraient ordinairement par Jupiter Pierre, per Jovem Lapidem; c'était une statue de pierre érigée à ce dieu dans le Capitole, dès l'origine de Rome. On tenait une pierre à la main en faisant le serment.
complètement l'avis d'Hygin." Virgile ne s'est pas servi le premier du mot amaror; on le trouve dans Lucrèce, et Virgile n'a pas cru devoir dédaigner l'autorité d'un poète distingué par son génie et son éloquence. En effet, on trouve dans le quatrième chant du poëme de Lucrèce lefcvers suivants :
Denique in os saisi venit humor sæpe saporis :
Quum mare versamur propter : dilutaque contra
Quum tuimur misceri absinthia, tangit amaror.
Parcours les bords de l'Océan, la vapeur saline affecte ton palais, et l'absinthe broyée devant toi te lance son amertume.
Ce ne sont pas seulement des mots, mais des vers entiers, des passages même que Virgile a empruntés à Lucrèce.
- Voir/cacher la traduction
Lemmatisation par "Collatinus" du texte sélectionné.
Les options pour chaque terme vont apparaître ici.


Collatinus est disponible directement à : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/collatinus.php - adaptation pour Internet du logiciel collatinus d'Y. Ouvrard : http://www.collatinus.org/collatinus/ - Licence et documentation.
Sur le même espace de l'UCL :
- Lexique de Gérard Jeanneau par moteur de recherche : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/jeanneau.php
- Utilisation combinée des 2 outils : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/index_cj.php
- Accueil d'ensemble : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/

Ecrire
Logo compteur