Cliquez sur les expressions précédées du signe + pour les développer.

Recherche externe : moteur de PicoSearch
Recherche interne : moteur de FreeFind
 ??   

RETIARIVS - Aulu-Gelle


NOCTIVM ATTICARVM - I, 18
XVIII. In quartodecimo Rerum divinarum libro M. Varro doctissimum tunc civitatis hominem L. Ælium errasse ostendit; quod vocabulum Græcum vetus traductum in linguam Romanam, proinde atque si primitus Latine fictum esset, resolverit in voces Latinas ratione etymologica falsa. Verba ipsa super ea re Varronis posuimus : "In quo L. Ælius noster, litteris ornatissimus, memoria nostra erravit aliquotiens. Nam aliquot verborum antiquorum Græcorum, perinde atque essent propria nostra, reddidit causas falsas. Non enim leporem dicimus, ut ait, quod est levipes; sed quod est vocabulum anticum Græcum. Multa [enim] vetera illorum ignorantur, quod pro his aliis nunc vocabulis utuntur; et illorum esse plerique ignorent Græcum, quod nunc nominant Ἕλληνα; puteum, quod vocant φρέαρ; leporem, quod λαγωὸν dicunt. In quo non modo Ælii ingenium non reprehendo, sed industriam laudo. Successum enim fert fortuna, experientiam laus sequitur." Hæc Varro id primore libro scripsit, de Ratione vocabulorum scitissime, de usu utriusque linguæ peritissime, de ipso L. Ælio clementissime. Sed in posteriore ejusdem libri parte dicit, "furem ex eo dictum, quod veteres Romani furvum atrum appellaverint; et fures per noctem, quæ atra sit, facilius furentur." Nonne sic videtur Varro de fure [errasse], tamquam Ælius de lepore ? Nam quod a Græcis nunc κλέπτης dicitur, antiquiore Græca lingua φῶρ dictum est. Hinc per affinitatem litterarum, qui φῶρ Græce, Latine fur est. Sed ea res fugeritne tunc Varronis memoriam; an contra aptius et cohærentius putarit furem a furvo, id est nigro, appellari, in hac re de viro tam excellentis doctrinæ non meum judicium est.

LIVRE I, CHAP 18
Dans le quatorzième livre de son traité des Choses divines, M. Varron relève une erreur de L.Elius, un des savants de Rome les plus distingués de ce temps, à propos d'un mot latin dérivé de l'ancien grec, dont Elius croyait trouver la racine dans le latin même, comme si ce mot en fût dérivé, et qu'il décomposait en deux autres Il y a une erreur évidente dans l'indication donnée par Aulu-Gelle. Au commencement du chapitre, il cite le XIVème livre des Choses divines; plus loin, il indique pour le même passage le commencement du livre sur l'Etymologie des mots. Il y a une autre faute dans le titre même du chapitre in quartodecimo Humanarum. On sait que primore libro ne signifie pas le premier livre, mais au commencement du livre. mots latins. Je cite le passage même de Varron : "Je me rappelle que mon maître Elius, l'homme le plus érudit de notre temps, tomba plus d'une fois dans cette erreur. En effet, ignorant l'origine grecque de quelques mots latins, il en a donné l'étymologie comme s'ils eussent appartenu à notre langue. Par exemple, le mot latin lepus, lièvre, ne vient pas, comme il le dit, de levipes, aux pieds légers, mais bien d'un ancien mot grec. Beaucoup, en effet, de ces mots anciens de la langue grecque sont oubliés aujourd'hui, parce qu'ils sont remplacés par d'autres. C'est ainsi que beaucoup de grammairiens ignorent que les mots Grœcus, Grec; puteus, puits; lepus, lièvre, sont dérivés de mots grecs anciens, parce qu'on dit aujourd'hui Ἕλλην, φρέαρ, λαγωός. Du reste, non seulement je ne veux pas faire ici le procès d'Elius, mais au contraire je loue son esprit ingénieux; car le succès est l'œuvre du hasard, l'essai seul est digne d'éloge." Voilà ce qu'écrivait Varron au commencement du livre sur l'Etymologie des mots; ses observations sur l'origine des mots et sur l'usage des deux langues sont aussi justes que sa critique est pleine de bienveillance pour son maître Elius. Lui-même, toutefois, à la fin de ce livre, prétend que fur, voleur, dérive de furvus, mot par lequel les anciens Romains désignaient un objet noir, parce que les voleurs rencontrent plus de facilité pendant la nuit. Or, il me semble que Varron se trompe ici comme son maître s'était trompé pour lepus. Ce que les Grecs d'aujourd'hui nomment κλέπτης était autrefois désigné par le mot φῶρ; de là, par l'affinité des lettres, φῶρ a donné le mot latin fur. Varron ne se rappelait-il pas ce mot ? ou bien a-t-il pensé qu'il était plus naturel et plus logique de tirer fur de furvus, qui veut dire noir ? En pareille matière, je ne dois faire aucune conjecture quand il s'agit d'un homme aussi érudit que Varron.
- Voir/cacher la traduction
Lemmatisation par "Collatinus" du texte sélectionné.
Les options pour chaque terme vont apparaître ici.


Collatinus est disponible directement à : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/collatinus.php - adaptation pour Internet du logiciel collatinus d'Y. Ouvrard : http://www.collatinus.org/collatinus/ - Licence et documentation.
Sur le même espace de l'UCL :
- Lexique de Gérard Jeanneau par moteur de recherche : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/jeanneau.php
- Utilisation combinée des 2 outils : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/index_cj.php
- Accueil d'ensemble : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/

Ecrire
Logo compteur